La France a refusé de proroger le droit qu’ont les frontaliers résidant en France et travaillant en Suisse de pouvoir choisir entre la Sécurité sociale ou une assurance privée.
Ces travailleurs avaient jusqu’à présent le choix entre le système suisse (LAMal), l’assurance maladie française ou une assurance privée, souvent moins onéreuse, en vertu d’un régime transitoire qui expire au 1er juin 2014.

A partir de cette date, ceux qui auront choisi d’être assurés en France ne pourront le faire qu’à travers la Sécurité sociale et ne pourront plus prendre une assurance privée.

L’Assemblée a rejeté un amendement de Bernard Accoyer, député UMP de Haute-Savoie, et de seize de ses collègues des régions frontalières de la Suisse, proposant de proroger de six ans le dispositif. Elle a repoussé un autre amendement de Lionel Tardy (UMP, Haute-Savoie), qui proposait une prolongation de trois ans.

De 7600 à 11’000 personnes avaient manifesté dimanche dernier dans des départements voisins de la Suisse pour le maintien du droit d’option.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires